Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 17:50

BDF-economicUn an! Déjà un an de licenciements sans interruptions, du jamais vu pour ma revue de presse débutée en février 2008... Et ce que vous voyez ici n'est que le sommet de l'iceberg, sachant que pour 100 personnes virées vous en avez presque autant chez les sous-traitants et les commerces de proximité. C'est un méga-drame en préparation, résultat de la mondialisation à outrance et du libéralisme fou. Ces listes pavent le chemin pour des révolutions dans tous les pays européens. Le bien-être des peuples a été vendu par des politiciens corrompus à Bruxelles. Ceux qui ont encore un travail et qui pensent être à l'abri souvent se moquent totalement de ceux qui ont perdu leur travail. Grave erreur. Envoyez cette liste anniversaire à tous vos contacts. Merci à vous.

 

- La Lloyds Bank and Insurance jette à la rue encore et encore, cette fois 850 personnes dans le seteur banque et assurance. lire ici Bloomberg

- American Greetings a viré 2100 salariés entre 2012 et 2013 !!! lire ici Cleveland News

- Sharp va virer 5000 personnes de plus lire ici Abc, merci à Mr Faure

- Les mines Amplats vont supprimer 6.000 emplois en Afrique du Sud lire ici Slate , merci à Mr Marsal

- La Société Générale a profité de la semaine où tout le monde est en vacances en France pour annoncer le licenciement de 1000 salariés (dont 550 au siège parisien) qui pourront rejoindre Bruno Boulefkhad devant le siège de la SG au 29 Blvd Haussman. Ce qui est curieux c'est le manque total de réaction des syndicats CGT, CFTC etc. Les syndicats bancaires sont ils achetés? lire ici Radio France

- EMC Corp Data Storage vire non pas 1004 salariés mais 1800 salariés, 800 de plus !!!! selon de nouvelles sources. Celle que je donne ici est déjà dépassée !!! lire ici le Boston Globe , merci à Mr Faure

- Le groupe de presse Spinger va virer 200 journalistes du magazine Bild, le No1 européen en terme de ventes: lire ici , merci aux lecteurs

- Elli Lilly (médical) va virer 600 commerciaux de plus par rapport à la semaine dernière (soit 1600 au total) et va reprendre que 500 (avec des contrats moins intéressants)

- CA Technologies (informatique) va virer 1200 personnes lire ici Ziff Davies Net

- Rumeurs de 400 licenciements chez Air Méditerranée, merci à Mr Engel

- Le Printemps, reconverti en centre commercial de luxe, risque de licencencier 226 personnes lire ici le Parisien , merci à Mr Ben Abdelaziz

* (Déjà donné mais avec un chiffre différent) PSA ferme Aulnay et va virer 11.000 personnes lire ici I Tele , merci à Mr Lazzari

- Boeing va virer 1500 personnes de son service informatique sur 3 ans lire ici 5 news , merci à Mr Faure

- Gan Prévoyance prévoit de virer 170 salariés lire ici L'Expansion , merci à Sébastien

- Rossel veut supprimer 87 postes au journal L'Union lire ici , merci à Mr Lepage

- Le magazine people Public veut virer 5 journalistes: "La direction des publications de Lagardère active a informé le CEdu 22 avril, de sa volonté de supprimer cinq postes à la rédaction de l'hebdomadaire people Public" lire ici Presse News

- Claude Perdriel supprime Teleobs, le supplément télé du Nouvel Observateur lire ici Presse News

- Rumeur: L'Humanité pourrait supprimer sa version papier et licencier 20% de la rédaction pour ne rester que sur le web

- Le Daily Gazette (régional américain souffre autant que le french) vire 10 salariés de la rédaction lire ici Times Union

- TV Breizh vire 24 personnes en quittant la Bretagne pour s'installer à Paris lire ici Le Telegramme, merci à Mr Le Ny

- Le journal régional l'Echo vire 21 salariés... lire ici Le Populaire , merci à Mr Faure

- Effondrement de la publicité sur TF1: 26 personnes virées chez TF1 Vidéo lire ici Les Echos , merci à Jacky

- Guingamp Transports vire 23 personnes lire ici Le Telegramme , merci à Mr Le Ny

- Transports Loheac pense virer 78 salariés lire ici Paris Normandie, merci à Mr Lepage

- Valtimet vire 32 personnes lire ici France 3 , merci à Lazarri

- Au Canada les hôpitaux virent les infirmières par brancarts entiers: "Les postes de 32 infirmières et infirmières auxiliaires, 27 préposés aux bénéficiaires et 7 agentes administratives (seront supprimés) ... Désormais à Notre-Dame-de-la-Merci, il n'y aura qu'une seule infirmière pour 190 patients sur trois étages, alors que trois infirmières faisaient le travail auparavant." lire ici Tva Nouvelles , merci à Suzanna

- Lanxess envisage de supprimer une centaine d'emplois et de fermer des usines lire ici Rtl , merci à Mr Lepage

- Réseau Pro restructure en cédant 88 de ses 229 agences, et ferme 24 agences dans le nord de la France, une cinquantaine de personnes vont aller à Pôle Emploi lire ici L'Union , merci à Mr Lepage

- Après Godart, une autre usine dans la tourmente, Wevista, à Roubaix, au total une centaine de personnes sont menacées lire ici l'Union , merci à Mr Lepage

- La pme Noralu se sépare d'un quart de son effectif, soit 7 personnes, pour survivre à la crise. cqfd. lire ici , merci à Mr Lepage

- BlackBerry France prépare 36 suppressions de postes lire ici Pro Clubic , merci à Mr Lepage

- Sotira vire 56 personnes à Meslay-du-Maine lire ici Ouest France , merci à Mr Lepage

- Les meubles Forège (135 salariés) ont cessé leurs activités lire ici Le Point , merci à Mr Goosens

- La société Vernicolor Izernore appartenant au groupe Vernicolor a été placée en liquidation judiciaire le 26 avril dernier et 47 emplois seront supprimés lire ici Le Progrès , merci au Capitaine

- Floridienne Chimie vire 26 personnes à Ath lire ici L'Avenir, merci à Syldeg

- Le tribunal de commerce a liquidé trois des entreprises de Xavier Bou, l'un des plus importants investisseurs de la place saint-quentinoise. L'entreprise générale de l'Aisne (EGA), créée en 1992, et deux sociétés satellitaires, BO-Pure et XS-Finances, sont donc rayées des registres. Les magistrats n'ont même pas attendu la fin de la période de redressement judiciaire, prévu pour durer encore un mois, pour trancher. lire ici le Courrier Picard , merci à Willy

- Desseilles, le dentellière de Calais se sépare de 9 salariés lire ici La Voix du Nord , merci à Syldeg

- Les menuiseries Delormes ont été liquidée avec 48 salariés à Saint Jacques des Landes lire ici Ouest France , merci à Mr Le Ny

- Le fabricant de meubles Forège en liquidation judiciaire, 130 licenciements prévus lire ici Ouest France , merci à Mr Le Ny

- Fermeture de l'usine de surgelés Cobral 53 licenciements prévus lire ici Ouest France , merci à Cobral

- Avon Polymères, menace de licenciements sur le site du Prat avec 8 licenciements lire ici Le Télégramme , merci à Mr Le Ny

- NatureSweet, bio, vire 65 personnes... lire ici Silo Breaker

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Presentation

  • : Le blog d'action francaise-reims
  • Le blog d'action francaise-reims
  • : Le blog d'Action Française - Reims. Articles de l'AF et des restes du monde...
  • Contact

AF REIMS - Cité des Sacres

femme-af.jpg

ACTION FRANCAISE

Etudiants-royalistes-rejoins-l-AF.jpg

la Jeanne 2013

 

Les Royalistes dans la Résistance

Conférence de Marc Savina (vidéos)

Les vendredis soirs, à l’exception des périodes de vacances, le Centre Royaliste d’Action Française (10, rue Croix-des-petits-champs) ouvre ses portes à tous pour des conférences gratuites sur des sujets historiques ou d’actualité. Pour vous tenir informé des conférences à venir, reportez vous à la partie agenda du site, et pour savoir à quoi ressemblent ces conférences, jetez donc un œil à celle-ci qui traite brillamment de ce sujet méconnu : les royalistes dans la résistance !

 

 

Jean-Baptiste Biaggi, résistant et membre de l’Action française

membre de l’Action française

Jean-Baptiste Biaggi, résistant et membre de l’Action française

A l’image des jeunes lycéens qui manifestèrent le 11 novembre 1940, c’est de l’Action française que vinrent les premiers résistants. Des noms comme ceux d’Estiennes d’Orves ou du maréchal Leclerc sont dans toutes les mémoires. D’autres, moins connus et innombrables, prouvent qu’il était possible, si ce n’est logique, d’être résistant quand on était royaliste.

 

Comment avez-vous connu l’Action française ?

Jean-Baptiste Biaggi : dans mon petit village de Cagnano, en Corse, il y avait un curé, Ange Giudicelli, qui était maurrassien. Il y avait aussi un marin retraité abonné à l’Action Française. Je lisais donc l’Action Française, malgré l’interdiction du vatican. Ensuite j’ai été étudiant d’Action française et délégué de l’Action française à la faculté de droit. et c’est moi qui à ce titre, faisais le discours de bienvenue de Charles Maurras qui tous les ans, venait présider le banquet des étudiants d’Action française. J’assistais régulièrement à ses conférences.

Quel fut votre parcours dans la Résistance ?

 Jean-Baptiste Biaggi : Durant la guerre, j’ai combattu, j’ai été blessé. Déclaré inapte à tout service, j’ai passé ma convalescence à Marseille, où je marchais avec deux cannes. C’est là que, par hasard, je rencontre Alain Griotteray. Nous sympathisons et il me demande d’organiser des passages de courriers, de renseignements vers l’Afrique du Nord. A partir de 1942, j’ai organisé le passage par l’Espagne de volontaires. Je continuais aussi à fournir du renseignement. Vous savez, le renseignement, c’est beaucoup plus utile qu’un petit meurtre à la sortie d’un métro parisien. Et puis ça ne provoque pas de représailles sur la population. On se fait prendre, on est fusillé, tout au plus avec ses complices. Mais le charcutier du coin et l’institutrice du village voisin, ils n’ont rien.Je suis allé quelques fois à Vichy, pour faire du renseignement. J’y ai rencontré un ancien camarade de Droit, Joseph Barthélémy, devenu ministre de la Justice de Vichy. Il m’a dit : "A Vichy, il y a plus de résistants que partout ailleurs !"

Ensuite, j’ai été arrêté et mis dans un train de déportation vers Bergen-Belsen. De ce train, je me suis évadé, grâce au corset médical qui me maintenait depuis mes blessures au ventre et au dos. Grâce à l’abbé Le Meur, et à la complicité d’un gardien du camp qui voulait déserter, j’ai remplacé les baleines du corset par des scies à métaux et un tournevis.J’ai ensuite organisé une évasion massive du convoi. Durant le transport, nous sommes quarante-cinq à avoir tenté et réussi l’évasion ! Pour cela, nous avons dû maîtriser les autres prisonniers qui menaçaient de nous dénoncer aux SS ! J’ai repéré le meneur, j’ai saisi mon tournevis, le lui ai mis sur le ventre et je lui ai dit : "Maintenant tu fermes ta gueule ou je te crève !" Il a compris. A cinq, nous avons gagné un petit village, où nous avons été hébergés et cachés par le jeune curé de la paroisse. Puis nous nous sommes procurés de faux papiers grâce à ce curé et au maire corse du village ! Nous avons même dormi dans les salons de la préfecture !De retour à Paris, j’ai repris mes activités à Orion jusqu’à la fin de la guerre. Puis j’ai rejoint les Commandos de France.

La doctrine maurrassienne a-t-elle influencé votre engagement dans la résistance ?

J.-B. Biaggi : c’est véritablement la haine des Allemands qui a motivé mon engagement. L’amour de mon pays martyrisé par ceux que nous appelions "les Boches", et la germanophobie en soi. Il n’y a pas eu de complication dialectique ou intellectuelle, comme chez certains qui ne résistent qu’à partir de 1941 par pure stratégie idéologique. Nous avons eu l’instinct de la Résistance, car Maurras nous avait parfaitement formés. Les Allemands étaient chez nous ; ils ne devaient pas y rester. Donc il fallait les chasser. C’est ce à quoi nous nous sommes employés. Nous avons tenté de toutes nos forces, de chasser les envahisseurs. Ce dont nous avions conscience, c’est de l’intérêt supérieur du pays. C’est ça, le fond de la doctrine maurrassienne. Que Maurras ait eu une autre méthode que nous pour remédier à la crise, c’est conjoncturel. Je le dis très franchement et même fièrement : j’ai toujours été maurrassien ; je le suis toujours resté ; et à mon âge, je crois bien devoir vous dire que je le resterai toujours. La Résistance était un réflexe patriotique. L’école politique qui enseignait le patriotisme au plus haut degré, c’était l’Action française.

 

Un dernier mot sur Maurras ?

J.-B. Biaggi : Il faut raconter une anecdote de Marcel Jullian répondant à un proche du général De Gaulle qui, après la victoire, lui reprochait son attachement à Maurras, coupable d’intelligence avec l’Allemagne : "Vous avez très mal choisi, monsieur. Maurras avait toutes les formes possibles de l’intelligence, sauf celle là !"

 

Torlak-1.jpg